Vitrolles

école nationale supérieure des sapeurs pompiers

reconquête écologique d’un paysage de garrigue sur l’Arbois

Le projet s’inscrit dans le paysage naturel et singulier méditerranéen du massif de l’Arbois. Un relief tabulaire remarquable composé d’une succession de plans ourlés de petits aplombs calcaires de cuestas caractérise la géographie du site.

La démarche du projet met à profit l’arrivée de l’implantation du plateau technique de l’ENSOSP, pour engager une reconquête paysagère et écologique, qui requalifie l’image dégradée actuelle du site naturel et reconstitue ce paysage.

Le projet s’insère dans les lignes de force de ce paysage pour en affirmer les caractéristiques et pour jouer « la disparition » des équipements.
Notre attitude de concepteurs est de profiter de l’aménagement de ce site pour mettre en valeur son paysage et effacer des regards les aspects techniques du programme. Tous les équipements du plateau technique évitent soigneusement et respectueusement ces éléments caractéristiques du paysage de l’Arbois.

Dans un souci de développement durable, le projet trouve l’équilibre sur place des déblais / remblais et les matériaux du site, tel que le concassé calcaire, sont réutilisés pour les accotements des voiries et bâtiments, le paillage des plantations, la couverture des toitures terrasses…

PDF

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS
CCD Architecture architectes mandataire
Egis Aménagement bet

Maîtrise d’ouvrage
Ecole Nationale Supérieure des Officiers Sapeurs Pompiers (ENSOSP)
Ministère de l’Intérieur
Montant des travaux
20 M euros TTC – 24 ha
Date de réalisation
2007 – 2008

Alpes-Maritimes / Var

massif de l’estérel, futur grand site de france

étude paysagère, schéma d’accueil du public et Plan de Paysage

Le massif de l’Estérel, un site grandiose et fragile :
– des paysages emblématiques ;
– un lieu de récréation et d’activité en milieu naturel
– une fantastique histoire géologique et volcanologique
– les circulations : un point crucial entre grands intérêts et grands dysfonctionnements
– un territoire protégé d’une grande richesse patrimoniale

Le Plan de Paysage, démarche pilotée par le Syndicat Intercommunal pour la protection du massif de l’Estérel (SIPME) et initiant la démarche Grand Site, est un document reliant l’aménagement et la protection des espaces naturels avec l’objectif d’améliorer la qualité des paysages et de préserver la richesse des milieux.
Le pilotage du SIPME a permis la concertation d’un grand nombre d’acteurs publics et privés. L’ambition du projet « Grand Site », considéré comme un projet de territoire partenarial est de mettre le massif au cœur d’un projet de territoire partagé, porteur d’innovation, d’identité et d’imaginaire avec :
• un haut niveau de protection des patrimoines et de paysages
• une haute valeur d’expérience et d’innovation (en terme de mobilité, gouvernance, gestion, médiation, équipements…)

La qualité des paysages du massif est intimement liée à la question des mobilités (la place de la voiture), aux interfaces urbaines et aux problématiques d’accueil du public. Ainsi le Plan de Paysage est indissociable du Schéma d’Accueil du Public avec lequel il a été construit.
Au vue des enjeux du massif le Plan de Paysage à vocation de placer le curseur entre mise en lumière des paysages et protection des milieux, entre aménagement et non intervention. Il cherchera à redéfinir le rapport frontal ville / massif.

In fine, il donnera lieu à un programme d’actions hiérarchisant les interventions dans l’espace et le temps.

VISITEURS
2 150 000 visites/an
1 600 000 véhicules/an

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS mandataire
ALTEA, ingénierie et valorisation touristique
Bio’Div, écologue
BKBS, scénographie paysagère

Maîtrise d’ouvrage
Syndicat Intercommunal pour la protection du massif de l’Estérel (SIPME)
Etude
70 000 euros TTC – 23.000 Ha
Date de réalisation
2018 – en cours

Livron-sur-Drôme

parvis-jardin du siège social du Groupe Sols

l’alliance du végétal et des bétons de sols

Le parvis-jardin du siège social du Groupe Sols a été conçu pour mettre en valeur le savoir-faire de cette entreprise de bétons d’environnement et également pour le bien-être des salariés de l’entreprise et des visiteurs.

Véritable jardin, le show-room à ciel ouvert offre au minéral un écrin végétal qui valorise le travail de détail des divers bétons de sols. Cœur de métier de l’entreprise, les surfaces minérales du show-room participent de la composition générale du parvis-jardin, dans une alliance minéral/végétal harmonieuse.

Tout autour les prairies jusque-là en friche ont été plantées afin de reconstituer un biotope qui favorise la biodiversité où abeilles, insectes et oiseaux pourront s’installer. A la fois esthétique et utile, cet aménagement constitue un écrin de nature au cœur d’une zone d’activité industrielle.

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS

Maîtrise d’ouvrage
Groupe Sols
Montant des travaux
360 000 euros TTC – 10.000 m²
Date de réalisation
2015

Villeurbanne

création d’un parc public urbain au naturel

un parc ouvert, entre nature et culture

La conception du projet tire parti de l’élancement du site et de sa faible épaisseur, en développant un dispositif de jardins imbriqués (le jardin des cultures et le jardin de nature) reliés par une « grande allée » diagonale, support de la « ligne de vie » du parc. Cette composition associée au nivellement du parc (jardin en creux au centre du parc) permet de donner l’illusion d’un parc plus vaste que ce qu’il n’est en réalité.

Au cœur du parc Elie Wiesel, « deux natures » du jardin sont mises en scène, s’imbriquant l’une dans l’autre: le jardin cultivé ou de cultures et le jardin de nature ou naturel.

Le jardin de cultures – En mémoire des jardins vivriers du site, le jardin de cultures offre un espace de rencontre pour tous les habitants. D’Ouest en Est, il se compose d’un jardin de fleurs, du clos des petits fruits, du jardin du jardinage (jardins partagés) et de la place-jardin.

Le jardin nature – En référence à la proximité de l’eau du site (canal de Jonage), le jardin nature propose un langage paysager davantage sauvage via trois entités : les iles végétales, le jardin des Hautes Herbes et la prairie. Artefact d’une ‘vraie’ nature, il porte les fondements du projet du site en matière d’écologie et de biodiversité de par son nivellement dévoué à la gestion des eaux pluviales.

Le projet en quelques mots :
– Gestion alternative des eaux pluviales (zéro réseau)
– Jardins partagés
– Plantation d’une saulaie
– Aire de jeux
– Praires fleuries

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS mandataire
Cap Vert, BET VRD
Les Éclairagistes Associés, concepteur lumière

Maîtrise d’ouvrage
Ville de Villeurbanne
Montant des travaux
700 000 euros TTC – 4.300 m²
Date de réalisation
2016 – 2019

Berre-l’Etang

un parc naturel urbain de cinquante hectares

le parc renouvelle le lien entre ville et étang

Berre l’Etang appartient à un grand site géographique, la ville jouit d’une situation exceptionnelle. La bande littorale, au sud de la commune, cristallise le rapport particulier que la ville entretient avec son étang. Longtemps occupée par l’ancienne base aéronavale, la ville est restée isolée du rivage de l’étang.

Aujourd’hui, la ville a l’opportunité de renouer le dialogue avec la géographie par l’intermédiaire d’un schéma directeur cohérent qui dessine un quartier tourné vers l’étang, et par la création d’un parc urbain, véritable trait d’union entre la ville et ses horizons maritimes. Le schéma directeur urbain fédère les liens entre la ville et l’étang et donne les grandes orientations en matière d’aménagement et d’urbanisme. L’émergence du Parc Naturel Urbain propose une nouvelle relation à l’étang.

Linéaire sur 2 km vers l’est le long de l’étang depuis le petit port Albert Sanson, il propose une succession de séquences et de lieux du plus artificiel au plus naturel. Le parc offre à Berre l’Etang l’opportunité de se réapproprier ses berges et de « rapprocher Berre de l’Etang » dans l’esprit d’un développement durable, soucieux d‘une nouvelle relation avec l’étang.

Trophée Lumiville 2009 de la conception lumière
Prix « Espace public » remis par la ville de Lyon

PDF

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS
Cabinet Merlin bet mandataire
L’Atelier lumière éclairagiste

Maîtrise d’ouvrage
Ville de Berre-l’Etang
Montant des travaux
8,2 M euros TTC – 50 ha
Date de réalisation
2007 à 2010

Toulon

le nouveau parvis du musée d’art

accessible et appropriable pour tous

Insérée au cœur des 3 ailes du bâtiment formant un U, la cour intérieure se transforme en parvis d’accueil ouvert sur la ville, sur le boulevard Leclerc.

Ce parvis composé de grands emmarchements et d’une rampe déambulatoire à pente douce permet de rattraper le dénivelé d’environ 2,50m compris entre le boulevard et le niveau d’entrée.

Accessible et appropriable pour tous, le parvis permet une coupure progressive du visiteur du monde urbain, à la connaissance et à la découverte culturelle.

A la fois agora et prolongement du parcours de visite, le parvis est conçu comme un espace d’immersion pour la découverte émotionnelle du paysage méditerranéen.

Maîtrise d’œuvre
Agence APS
Duchier + Pietra Architectes

Maîtrise d’ouvrage
Ville de Toulon
Montant des travaux
720.000 euros TTC – 1.300 m2
Date de réalisation
2018 – 2020

Caluire-et-Cuire

création de la place-jardin Gutenberg

accessible et appropriable pour tous

Finaliste des « Victoires du Paysage 2016 » catégorie espace public urbain et lauréat du prix « Paysages en Projet Rhône et Métropole de Lyon » dans la catégorie Aménagement urbain, la place Gutenberg constitue l’entrée du quartier de Montessuy, site des fortifications de Caluire datant du 19e siècle, devenu un grand ensemble d’habitations d’environ 1500 logements qui abrite aujourd’hui un peu moins de 20% de la population de la commune.

La création d’une place-jardin fédératrice pour la ville, jouant un rôle d’articulation à l’échelle du quartier.
Une démarche pour ré-enchanter le lieu, avec une écriture de place qui questionne le concept de la place dans la ville : une « place-jardin » renouvelant le rapport « ville-nature ».

Par sa nouvelle identité, la place-jardin est un mélange serein d’urbanité et de nature jardinée.

La conception même de la place, par son organisation et sa planéité, permet de répondre à tous les besoins de liaisons urbaines accessibles. Certains sont dédiés à la promenade, d’autres permettent des traversées plus directes.

Création de placettes, espaces de jeux (plus de 250m²), une ombrière majestueuse, une grande esplanade enherbée… autant d’espaces pouvant accueillir et générer différents usages et ainsi favoriser le lien trans-générationnel.

 
 

Maîtrise d’oeuvre
Agence APS mandataire
Cap Vert Ingénierie, BET VRD
Les Éclairagistes Associés, concepteur lumière

Maîtrise d’ouvrage
Ville de Caluire-et-Cuire
Montant des travaux
1,8 M euros TTC – 7 800 m2
Date de réalisation
2013

Chambéry

campus savoie mont blanc à jacob-bellecombette

un site intimement lié à sa géographie

Situé sur le coteau de la Chartreuse, orienté au Nord-Ouest et surplombant la Cluse de Chambéry, le campus s’ouvre amplement sur le grand paysage.

Les horizons montagneux du site participent fortement à l’identité du lieu.
– les vues sont favorisées par la présence des espaces ouverts (prairies, esplanades), permettant de nombreuses percées visuelles sur le relief.
– le regard sur la Croix du Nivolet, culminant à plus de 1500m donne son identité au site.
– le campus occupe une position stratégique à la limite de grands ensembles urbains et paysagers qui composent l’agglomération de Chambéry et son assise géographique.
– les liaisons douces PMR prennent la forme de confortables allées paysagères serpentant dans le parc. Au-delà de leur fonctionnalité évidente, nous les voyons comme autant de possibilité de découverte du parc et de ses horizons.
– le rôle majeur joué par « l’axe vert », succession de prairies rappelant les Alpages montagnards, amplement ouverts sur le grand paysage. Cet axe majeur devient structurant lorsqu’il croise les principales circulations et lieux de vie du parc. Il touche tous les autres axes, les autres allées cela fait la richesse des lieux qui naissent de cette rencontre.
– La « plage verte », au cœur de l’axe vert sera la « respiration » du campus.

De sa situation (inclinée au nord, le soleil dans le dos lorsqu’on y est assis), imprégnée de la vue magnifique qu’elle offre, c’est un lieu de très grande qualité paysagère. Nous y installerons de grands deck en bois, comme autant de belvédères.

La grande pergola colorée créée un espace particulier et offre aux étudiants un lieu agréable de rassemblement et un repère dans le campus.

Maîtrise d’œuvre
Agence APS mandataire
Profils Etudes, BET VRD
Julie Maurel, communication

Maîtrise d’ouvrage
Université de Savoie Mont Blanc
Montant des travaux
7,8 M euros TTC – 14 ha
Date de réalisation
2017 – 2021